Cecilie Manz assise à son bureau, la Beoplay A1 posée à côté d’elle

Interview

Cecilie Manz

  • DESIGN

Cette designer danoise primée nous parle de son rôle dans la création de l’enceinte Bluetooth portable Beoplay A1 de Bang & Olufsen, de la réduction des idées à l’essentiel et de la création d’objets de qualité dans une ère qui mise toujours plus sur la maniabilité.

Enceinte Beoplay A1 sur document ébauche

Les objets qui nous entourent sont toujours plus petits. C’est d’autant plus flagrant pour les objets technologiques tels que les téléphones et les enceintes portables, comme notre Beoplay A1. Comment voyez-vous l’évolution du rôle du designer, dans ce contexte toujours plus fonctionnel ?

Je crois qu’en tant que designer, nous devons toujours être en mesure de nous adapter et de réagir aux différentes situations qui nous entourent. Nous y sommes habitués, après tout, cela fait partie de notre travail ! Ceci dit, nous devons également faire preuve de calme et de réflexion. Tout change si vite dans ce secteur, et tous les changements ne sont pas bons à prendre. Parfois, l’approche la plus progressiste consiste à se poser et observer, plutôt que de réagir de façon inappropriée.

Je suis très attachée au minimalisme et j’adore les petits objets. Cela nous pousse, les développeurs et moi-même, à nous dépasser. Nous devons simplement être conscients des limites, savoir quand un objet devient absurde ou perd de sa fonctionnalité, par exemple quand ses touches deviennent ridiculement petites, ou les parapluies si pliables qu’ils tiennent parfaitement dans votre poche, mais ne vous protègent plus de la pluie. Avouez que c’est tout bonnement stupide.

Je suppose qu’il suffit de faire preuve de bon sens : quand et sur quoi travailler, ce qu’il faut faire et ce dont ce monde, débordant déjà d’objets et de choix différents, a besoin.

  • Échantillons de la grille en aluminium de la Beoplay A1
  • Cecilie Manz debout dans son atelier avec la Beoplay A1 posée sur son bureau

Pourriez-vous nous dire quelques mots sur la manière dont Bang & Olufsen vous a commandé ce haut-parleur, et ce qui fait votre fierté dans sa conception ?

On pourrait dire que la stratégie du toujours plus petit avait déjà été initiée lors de la conception de l’enceinte Beolit 12. À l’époque, j’avais eu l’idée d’une version plus petite, la Beoplay A2. Par chance, Bang & Olufsen y avait pensé également. La Beoplay A1 était la suite naturelle de la Beoplay A2 : un son encore meilleur dans un espace plus restreint et plus petit.

Sa forme spécifique de cylindre plat s’imposa très rapidement lors du processus de conception. Nous voulions que l’enceinte soit agréable à transporter, puisqu’elle devait être manipulée très fréquemment. À l’intérieur comme à l’extérieur de votre sac, ou simplement suspendue à sa sangle, elle adopte une patine distinctive liée à son utilisation quotidienne.

Je suis très heureuse du contact lisse de la Beoplay A1. On dirait presque un galet, sans angle pointu, bien qu’elle soit constituée de deux matériaux : l’aluminium et un polymère. Je dois également saluer l’excellent travail des techniciens en acoustique. Ils sont parvenus à développer un nouvel élément à l’intérieur de l’enceinte, qui produit un son incroyablement riche et un volume très homogène.

« Savoir sentir la perfection d’un objet, c’est très important. »

Cecilie Manz

Designer

Quel est votre processus créatif ? Sur bon nombre des objets que vous créez, on a l’impression que les matériaux se sont unis de manière presque naturelle. Comment savez-vous quand un objet est terminé ?

Je commence tous mes projets de la même manière. Quand je reçois un dossier, je le lis attentivement et j’en note les éléments essentiels : vous avez besoin d’une longue table en bois, ou d’une tasse ou d’une enceinte Bluetooth portable. Je base ensuite mon travail sur cette analyse. Il ne s’agit pas de laisser de côté les détails importants, mais de trouver ceux qui sont essentiels. C’est-à-dire déterminer la fonctionnalité sur laquelle mes croquis doivent se baser. Vient ensuite l’étape des modèles. Pour moi, il est très important de voir mon travail à une échelle 1:1. Le modèle peut initialement être fabriqué en carton bon marché, il peut paraître terriblement moche, mais il me permet d’avancer. Le croquis que je réalise ensuite est plus détaillé, tout comme le modèle suivant. Je rencontre le client tout au long du processus, pour partager des dessins sur ordinateur, etc. Tout tourne autour de ma table de travail, avec les modèles, les matériaux de référence, les échantillons de couleurs et les autres composants.

À un moment donné de ce processus, j’atteins finalement le sentiment d’avoir réussi, d’avoir donné le caractère et la personnalité qu’il fallait à l’objet. C’est là que commence la première étape du long processus de finalisation d’un design. Savoir sentir la perfection d’un objet, c’est très important. Vient ensuite la phase de fabrication, avec toutes ses corrections et modifications, ainsi que son inévitable va-et-vient de discussions. Ma tâche la plus importante est de garder l’œil sur la personnalité de l’objet au fil de ces nombreuses étapes, afin de préserver son essence dans la course, parfois semée d’embûches, jusqu’au produit final.

Enceinte Beoplay A1 sur une table avec des outils et des échantillons

Beoplay A1

Natural
250 $US
Beoplay A1 Natural 1

Beoplay A1

Natural

Un choix de couleur original, parfait pour les intérieurs nordiques lumineux.

250 $US

De nombreux designers utilisent la musique à différents moments de leur processus créatif : certains ont des chansons spécifiques pour les croquis préparatoires et d’autres pour la création de prototypes et d’objets. Parlez-nous un peu de votre relation avec le son et la musique.

La musique est très importante pour moi, même si mon studio est très calme.

Pour moi, partager de la musique est une expérience très intime. La musique est tellement liée aux émotions et à certaines ambiances que je préfère l’écouter seule. Sauf si bien sûr, le but consiste à se réunir autour d’une même ambiance et à ressentir les mêmes sensations à travers la musique.

Quand je suis en phase de croquis, au début d’un projet, j’aime beaucoup Charles Mingus, Nina Simone, Keith Jarret ou Éric Satie. Quand je rentre chez moi à vélo, j’ai vraiment besoin de The Black Keys pour venir à bout de la côte…

« Mon travail le plus important est de privilégier le caractère de l’objet. »

Cecilie Manz

Designer

On vous pose certainement beaucoup la question, mais comment avez-vous compris que vous vouliez être designer ? Et comment parvenez-vous à préserver votre développement créatif ?

Très tôt, j’ai su que je voulais travailler avec mes mains. J’ai toujours été fascinée par les objets, les matériaux, les surfaces. Toutefois, je suis arrivée au design de meubles et de produits par hasard, ou par erreur. Je n’y avais jamais vraiment pensé avant de commencer mes études, mais je suis vite devenue accro. Maintenant, je ne vois vraiment pas ce que je pourrais faire d’autre. J’adore mon travail !

Je me lance parfois, par goût personnel, dans des tâches ou des projets qui ne semblent pas très prometteurs, que ce soit sur le plan rationnel ou économique. Mais je crois qu’il est très important de conserver une approche joyeuse et ludique à son travail. Il peut s’agir d’une pièce unique pour une exposition ou d’une expérience vouée à l’échec, peu importe. Ces pauses sont cruciales pour me garder en éveil et me lancer de nouveaux défis.

Enceinte Beoplay A1 en coloris aluminium Natural

Cecilie Manz a également conçu les enceintes Bluetooth portables Beoplay P2, Beoplay P6 et Beolit 17, ainsi que les enceintes sans fil Multiroom Beoplay M3 et Beoplay M5, donnant un magnifique aperçu de l’approche créatrice extrêmement diversifiée de Bang & Olufsen.